Les Germains

Introduction

La religion germanique est l’une des plus complexes et des plus originales de l’Europe. Elle enrichie et renouvelle l’héritage indo-européen à partir d’éléments extérieurs. L’influence du christianisme ne fut que tardive.
Les poèmes des skaldes islandais sont la principale source de documentation sur la religion des anciens germains. La tradition orale s’est conservée en Islande, qui a été christianisée assez tard, vers 1000.

Nombres d’éléments indo-européens sont reconnaissables : la tripartition divine, le couple antagonique et complémentaire des dieux souverains, l’eschatologie.
La dernière phase de la religion germanique fut dominée par l’intérêt passionné porté au mythe de la fin du monde. L’originalité vient de ce que cette fin du monde est déjà annoncée dans la cosmogonie. Ce phénomène était répandu depuis le –II siècle (Proche-Orient, Iran, Palestine, Méditerranéenne, …).

La guerre a une importance très importante dans l’idéologie germanique. La guerre et la mort héroïque sont des expériences théologiques.

Cosmogonie

Au début, il y a l’abîme géant, Ginnungagap. Au nord, Niflheimr, région froide et brumeuse du royaume des morts. Au sud, le pays brûlant Muspell. La rencontre entre la glace et le feu donne naissance à Ymir, un être anthropomorphe bisexué. Du corps de celui-ci naissent des hommes, dont un premier couple. L’un d’eux épouse la fille d’un géant et engendre Odhin et ses 2 frères. Tout trois tuent Ymir, et les flots de sang noient tous les géants sauf un couple. De son corps, ils fabriquent le monde au dessus du grand abîme.

La terre, de forme circulaire, est entourée d’un grand océan. Sur les côtés, l’habitat des géants. A l’intérieur, la Demeure du Milieu (Midhgardh), le monde des hommes. Asgardh est la demeure des dieux, toujours au centre du monde mais en hauteur.

Odin crée le premier couple humain à partir de 2 arbres.
Dans un autre mythe, ils émergent de l’arbre Yggdrasill et peuplent le monde. Pendant le grand hiver du Ragnarök, ils trouveront refuge dans son tronc, puis repeupleront le monde une nouvelle fois.

Yggdrasill symbolise et est en même temps l’Univers. Son sommet touche le Ciel, ses branches embrassent le monde, une de ses racines plonge dans le pays des morts (Hel), l’autre dans la région des géants et la troisième dans le monde des hommes.
Mais un aigle lui dévore le feuillage, son tronc pourri et le serpent Niddhog lui ronge les racines. Yggdrasill s’écroulera et ce sera la fin du monde (Ragnarök).
On voit une grande importance du destin, car la ruine finale est annoncée. Le destin, Urdhr, est caché dans un puit souterrain où plongent les racines d’Yggdrasill, c'est-à-dire au Centre même de l’Univers.

Panthéon

Le panthéon est réparti entre deux groupes divins : les Ases et les Vanes.
Un conflit opposa les Ases et les Vanes avant que ces derniers ne s’installent à Asgardh. C’est un thème qui fait partie intégrante de la tradition indo-européenne.

Parmi les Ases : Tyr et Odhin, qui correspondent au binôme des dieux souverains, et Thor, au caractère martial. Odhin-Wodan est le plus important des dieux, il est leur père et leur souverain.

Parmi les Vanes : Njödhr, Freyr et Freyja. Ils sont tous, plus ou moins directement, en rapport avec la fertilité, la paix et la richesse. Le caractère incestueux des relations entre Vanes illustre l’aspect orgiastique propre aux divinités de la fécondité.

Odhin

Incarnant le magicien de la première fonction indo-européenne, c’est son aspect guerrier qui différencie vraiment Odhin-Wodan de Varuna. Odhin était accompagné des berserkir (« les guerriers à enveloppe d’ours », on devenait berserk à la suite d’un combat initiatique).
Odhin protège les grands héros, mais finit par les trahir et les abattre. C’est pour s’entourer de combattants redoutables pour la bataille finale du ragnarök. En effet, les guerriers tombés au combat étaient conduits par les Valkyries au palais céleste Valhalla.

Son culte, comportant des sacrifices humains par pendaison, était célébré surtout par les familles des rois, des chefs militaires et dans leur entourage.
A la suite de son initiation (qui lui permit d’obtenir les runes), du sacrifice de son œil (qui lui donna le droit de boire au puits de Mimir) et du vol de l’hydromel, Odin devint le maître incontesté de la sagesse et de toutes les sciences occultes. Il est à la fois dieu des poètes et des sages, des extatiques et des guerriers.

Odhin obtint les runes, symbole de la sagesse et du pouvoir magique, après être resté pendu 9 nuits à Yggdrasill, sacrifié à lui-même. Ce rite d’initiation a une structure para-chamanique.
Au moment de la paix entre Ases et Vanes, tous les dieux crachent dans un récipient dont surgit un être à la sagesse extraordinaire, qui est immolé. En mélangeant son sang à du miel, 2 nains fabriquèrent l’hydromel de la poésie et de la sagesse. Il est caché dans l’autre monde mais Odhin s’en emparera.

L’aspect chamanique d’Odhin est renforcé par son cheval à 8 pattes, Sleipnir, et ses 2 corbeaux qui l’informent de tout ce qui se passe dans le monde. Il peut aussi changer de forme, envoyer son esprit sous forme d’animaux, et communiquer avec les morts.

Tyr

Anciennement dieu suprême, il est en retrait. Il est lié à la guerre et à la loi (au thing, les assemblées du peuple où se débattaient les procès).
Autre explication : étant l’aspect législatif de la double première fonction indo-européenne, il était moins craint que Odhin et donc recevait moins d’hommages ou prières.

Aux commencements, le loup Fenrir (conçu par Loki et une géante) fut attaché par suite d’une tromperie. Le gage de la bonne foi des dieux était que l’un d’eux mette sa main dans la gueule du loup, et seul Tyr osa le faire. Sa main fut sectionnée.

Thor

Son nom signifie « tonnerre », son arme est son marteau Mjöllnir (« le broyeur »). Il est similaire à Indra (sauf peut-être pour l’aspect érotique d’Indra).
Il défend les Ases et tuent les géants. Mais dans sa fonction de dieu guerrier, il fut supplanté par Odhin.
En tant que dieu des orages, il était populaire parmi les fermiers.

Baldr

Fils d’Odhin et de Frigg, il étaient « le meilleur et tous le louaient ». Les dieux décident de le rendre invulnérable, mais suite à une tromperie de Loki, Baldr meurt tué par son frère. Il va vers le domaine de Hel. Celui-ci acceptera de le libérer si toutes les choses du monde le pleurent. Mais une sorcière refusa de pleurer, et « on suppose que c’était Loki ».
Loki fut alors condamné par Odhin à un tourment éternel (similaire à celui de Prométhée). Il se délivrera cependant au moment du Ragnarök.
Ce mythe montre que la médiocrité de l’âge actuel est sans remède.

Freyja

Njödhr engendra avec sa sœur Freyr et Freyja. Freyja était la déesse de l’amour et de la procréation. Son culte perdura longtemps.
Elle enseigna aux Ases la technique divinatoire du seidhr. Elle pouvait communiquer avec l’autre monde et prendre la forme d’un oiseau.

Loki

Loki est un Ase énigmatique et ambigu. Il n’avait ni culte ni temple. Il cherchait à nuire aux dieux et travaillait à avancer la fin du monde.

Il est le compagnon des dieux : il fait forger par les nains des objets tel que Mjöllnir, combat les géants.
D’un autre côté, il est amoral, méchant et criminel. Il est responsable de la mort de Baldr. Sa progéniture est démoniaque : le loup Fenrir et le Grand Serpent, Hel (la patronne du triste pays où vont les morts à qui le Valhalla est refusé) est sa fille.
Il joue un rôle dans presque toutes les farces et histoires mettant en scène les dieux et les géants. Lors du Ragnarök, Loki combattra contre les dieux, c’est lui qui tuera Heimdallr.

Dumézil a rapproché Loki du sinistre personnage du Mahabharata, Duryodhana, l’incarnation par excellence du démon de notre âge.

Le Ragnarök

La fin du monde fait partie intégrante de la cosmologie, comme en Inde, en Iran et en Israël. Sa description la plus complète figure dans le poème Völuspa.

La morale décline, les hommes s’entretuent, la terre tremble, les étoiles tombent, le soleil s’obscurcit ; les monstres se libèrent de leurs chaînes, le Grand Serpent émerge de l’océan.
Il y a un long hiver de 3 ans, les géants envahissent la terre et partent conquérir Asgardh. Lors de la bataille décisive, Thor défait le Serpent Géant, mais est empoisonné, Odhin est dévoré par Fenrir, Heimdallr et Loki se détruisent l’un l’autre. Un seul dieu survit, et il allume l’incendie cosmique. La terre entière est engloutie par l’Océan et le Ciel s’écroule.
Une nouvelle terre émerge, belle et fertile, purifiée. Les fils des dieux morts reviendront dans l’Asgardh, Baldr sortira de l’Enfer. Le couple humain abrité par Yggdrasill deviendra la souche d’une nouvelle humanité.

Edda, de Snorri

L’islandais Snorri travaille au XIII siècle, c'est-à-dire 200 ans après la conversion officielle de l’Islande au christianisme.
Les principales sources pour l’Edda étaient les compositions écrites déjà existantes et la tradition orales, notamment les poèmes. Il créé le genre littéraire du « conte mythologique ».